Eet Feels Index du Forum
Eet Feels Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Know your enemy~

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Eet Feels Index du Forum -> Eet Feels -> L'Erèbe -> » Présentations Anges -> Présentations validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Manson
Ange Déchu

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 17
Localisation: Toujours où il ne devrait pas.
Masculin URL
Âme(s): 0
Appétit: 0,00

MessagePosté le: Sam 27 Fév - 20:45 (2010)    Sujet du message: Know your enemy~ Répondre en citant

I | Indentité ::
 
 
         
 
  Nom :Il n'a pas gardé son nom humain
  Prénom :Manson
  Surnoms :Mans' - Mansy
  Sexe : masculin
  Âge physique : 21 ans
  Âge réel : 225
  Statut : Ange déchu
  Orientation sexuelle : Bisexuel
 
 
II | Personnalité ::
 
 
         
 
  Caractère : Au premier abord, Manson est ce qu'on pourrait appeler "un type bien": Altruiste, serviable, gentil, et serein, un séraphin cent pour cent véritable en somme. Mais s'il à l'air de quelqu'un de sympathique, que ce soit par ses manières ou ses sourires casi constants, c'est surtout par souci d'intérêt. En effet, Il ne fera jamais rien au hasard lorsqu'il s'agit du confort de sa petite personne. Si être courtois peut lui ouvrir des portes, il le sera. Et à l'inverse si cela s'avère inutile, il ne prendra de gants avec quiconque et se montrera aussi indifférent que cynique. Un adepte donc du principe bien fondé "La première impression est la bonne". C'est un calculateur ambitieux, malicieux et sans vergogne qui se moque des autres. Il ne voit en eux que des objets, des outils ou des jouets fascinants. Il est à la limite même du mépris et dépasse toutes celles de l'égocentrisme. S'il lui arrive d'être doux comme un agneau et prévenant, c'est qu'il a une idée derrière la tête. D'un naturel cupide et patient, rien ne peut l'empêcher d'arriver à ses fins. Il aime s'amuser, faire durer le jeu, se savoir maître de la situation et perdre ce statut insupporte au point de le voir devenir suceptible et impulsif. Dans le même registre, il n'aime pas avoir tort. Toutes ces caractéristiques en ont fait quelqu'un incapable d'aimer correctement, si pas d'aimer tout court.

  Physique : Ce jeune homme est d'une taille avoisinant le mètre quatre-vingt, il a une carrure plutôt fine, sculptée avec parcimonie et musclée sans excès. Son visage fin et délicat est surplombé par des cheveux d'un blanc laiteux, disposés là dans un pétard monstrueux sans aucune logique et coupé court. Il arbore quelques mèches ébènes de-ci delà ainsi que des racines de la même couleur. Son étrange chevelure est dégagée sur l'avant de son front d'un côté et tombé sur l'autre avec une mèche à peine plus longue que les autres. Il a des yeux effilés d'un vert émeraude et de fins sourcils blancs. Son oreille gauche est perçé à plusieurs reprises sur tout son long. Il est la plupart du temps paré d'habits aussi simples que sombres. Il aime tout particulièrement les pulls et t-shirts à col roulé et porte des gants blancs, pour ainsi dire, en toutes circonstances. Il ne se vêt de vêtements élégants et chers que pour agacer la personne au crochet de laquelle il vit et qu'il a, évidemment, payés à ses frais. La plupart du temps, il est également affublé d'un long manteau noir ou pourpre foncé.


III | Histoire ::
 
         
 
 
A chacun comme à lui, cette histoire -la leur- aurait pu paraître stupide. Une absurde comédie, une idylle niaise, un conte débauché ou juste, moins poétiquement, une malsaine histoire  de cul. Qui aurait viré à la romance facile, aux fausses promesses et aux vrais mensonges. Une fable comme on n'en trouve que dans les livres, une histoire d'amour fulgurant, qui fait mal le lendemain. Et Dieu seul sait combien il y en avait eut, des lendemains. Des aubes comme celle-ci, où, le souffle enfin remis de leurs caresses, Delphine s'enivrait. Amour éthylique. C'était le titre de leur histoire. Elle sirotait ses paroles, patiement d'abord, comme on boit un premier verre, blottie nue contre son torse. Et lui racontait, les yeux aussi embués que la pièce par la fumée de son énième clope. Ses murmures rauques étaient parfois coupés, par l'émotion peut-être ou plus vraisemblablement, par ses songes refroidis. La jeune fille le comparait alors à une vieille cassette déraillant, celle des Scorpions -Still loving you- sa préféré du moment. Et il riait.
Il inspirait, toussait, tirait une nouvelle fois sur sa lucky strike et reprenait.

Il lui avait déjà dépeint sa mort, la douleur qui l'avait saisi, les regrets qu'il n'avait jamais éprouvé... Il lui avait même parlé des splendeurs du jardin d'Eden, de ses ailes qu'on lui avait mutilées, et aujourd'hui il se décidait à lui en donner les raisons. Appelez-ça comme vous voulez mais ça n'étaient pas des confessions.

Les yeux de l'adolescente avait brillé à l'évocation de sa jeunesse heureuse dans la grande et belle maison de ses bourgeois de parents. L'ange pensa que c'était légitime, elle-même n'avait jamais connu que la pauvreté, la peur et le vice de la prostitution. Où était la place de l'enfance dans tout ça ?
Elle bu la suite du récit avec la même fascination puérile. Son amour disproportionné de l'argent, son indifférence, toutes ces saloperies dont il avait été capable, le meurtre de sa belle-soeur. Elle dégustait chaque détail avec une gourmandise décalée, presque effrayante. Il écrasa sa cigarette dans le cendrier à côté du lit, passa la main sur son visage, toussa encore et ferma les yeux. L'inspiration qu'il prit ressemblait davantage à un râle. Elle parla avant qu'il n'ait pu poursuivre.

"Tu n'as même pas hésité."

Il baissa le regard sur les cheveux grenats de la gamine. Son ton n'était pas lourd de reproche, pas comme il aurait pu s'y attendre, non. Il n'y lut qu'une curiosité mal placée, une avidité qui le fit sourire.

"Non, pas un instant."

"C'était presque ta soeur."

"Et Aaron était mon frère, je sais."Le silence feutré qui s'intalla le fit frémir d'aise. Il ressera son étreinte autour des épaules de Delphe. Keira n'était pas sa soeur, d'ailleurs jamais il ne l'avait considérée comme telle. Elle n'était que la fille de leur père, à lui et à Aaron. Celle qui avait eut la chance de naître avant eux, de ne pas être l'enfant de leur catin de mère. Il vint lui embrasser le front. La fillette -il aimait la considérer comme une enfant, c'était maladif- soupira, relevant la tête, elle remua. un sourire en coin  vint graver une petite fossette au creux de sa joue empourprée.

"Ta place en enfer, tu ne l'aurais pas volée."

Il vint planter son regard dans les yeux pâles qui lui faisaient face. Une oeillade violente, cynique, qui lui firent baisser ses prunelles effrontés.

 Ah, Delphine. Son plaisir d'ivrogne, son triste béguin, sa tare de Saint déchu. Elle avait dix-sept ans. Dix-sept ans, des hématomes ci et là, des rêves condamnés, une vie foutue avant d'avoir commencé et par dessus le marché, un salaud d'ange gardien menteur. Ca devait faire un an qu'il en était disons, tombé amoureux. Par un temps d'avant l'orage, chargé de cet air lourd dont il ne se lasserait jamais. Il se souvint d'elle à cet instant : Une môme perdue, déguisée en pute. Ca n'avait pas été un coup de foudre, Dieu l'en préserve, pas de la pitié non plus, juste cette mise en scène ridicule qui l'avait charmé, un peu. Elle était minuscule. Emmitoufflée dans un manteau de fourrure noire qui, il en était sur, ne lui appartenait même pas et lui cachait les mains. Il était ouvert, découvrant un corset noir dentelé de ce rose criard qu'il détestait, une jupe courte, très courte, trop courte -en simili cuir sans doute- et des bas résille dont les orteils étaient cachés par des Doc Martens, aussi incongru que cela puisse paraître.  Il aurait pu être séduit par le spectacle - tant encore qu'il ait eu des goûts fréquents bien que vulgaires- mais ça n'est pas ce qui l'avait fait sourire. Ce qui lui avait plu, c'était le contraste saisissant qu'offrait son visage mutin. Elle avait la peau pâle, que ces courts cheveux écarlates faisaient ressortir à merveille. Ses grands yeux absinthes absorbés par le vague étaient bariolés de maquillage, au même titre que ses lèvres étirées en une mine boudeuse.
Il l'avait abordée, elle lui avait souri, instinctivement, faussement, remarquablement feint. Et tous deux avaient ainsi joué la comédie, endossant tour à tour le rôle de l'amant timide  jusqu'à ce qu'il lui passe sur le corps cette nuit là, sur le territoire bien connu de nos deux protagonistes. Ce n'est que le lendemain que les masques étaient tombés. Ce n'est plus la courtisane qu'il enlaçait  dans cette pièce à l'astmosphère décidément trop âcre du bordel, mais bien le petit bout de femme blessé. Elle était trop timide pour le métier, trop fragile, aussi. Elle s'était livrée toute entière, les paroles coulant, aussi amères et chaudes que les larmes sur ses joues. Il l'avait écoutée, essuyé son visage trempé de son pouce, lui avait fait l'amour encore et était parti sans payer quand effondrée et à bout de nerfs, elle s'était endormie dans ses bras.
Le soir venu il l'avait retrouvée. Oh, elle l'avait mal pri, bien sur. Elle l'avait accueilli, non pas d'une claque caractéristique mais d'un bon coup de poing dans le menton qui 'avait pas manqué d'envoyer sa mimique aguicheuse au vestiaire. La surprise lui avait fait esquisser un sourire. Elle le lui avait rendu. Envers et contre tous, il l'avait emmenée ailleurs. Ils avaient par la suite donné tout son sens à l'expression belle-de-nuit. Il ne s'étaient pas aimé de suite, et ne s'aimaient pas toujours, juste une fois le jour achevé. C'était un jeu de gamins, le rôle d'amants interdits leur allait comme un gant.

Aujourd'hui encore, lorsqu'il scrutait le regard de la jeune fille, il ne voyait en leur lien qu'une langoureuse illusion. Mais il s'en moquait, de ça comme de sa remarque impertinente.

Aujourd'hui ou hier, peut-être. La veille sinon, il ne savait plus. Il avait perdu la notion du temps, oublié quand, pour la dernière fois, il avait vu ses yeux. En réalité ils n'étaient plus qu'un souvenir, que le temps et l'absence avaient rendu vague. Elle était tombé dans le coma, d'une overdose officiellement. Seulement les overdoses ne laissent pas d'hématomes.

Il estime que c'est là que se finit son histoire. Après quoi, aucun acte, aucun meurtre qu'il ait pu commettre ne l'ont jamais marqué. Sa vie est dictée par les seules règles de l'argent et du mépris. C'est pour eux d'ailleurs, qu'il erre à présent en compagnie de l'un ou l'autre riche personnage...


  Lieu de résidence :/
  Métier : Aucun
  Lié à : Personne pour le moment
  Affinités/Pnj: Aaron Linkfeels / Delphine 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 27 Fév - 20:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lux
Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2009
Messages: 84
Localisation: Jardin d'Eden~
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Âme(s): 0
Appétit: 0,00

MessagePosté le: Sam 10 Avr - 22:45 (2010)    Sujet du message: Know your enemy~ Répondre en citant

Et c'est là que l'ange de lumière revint de son trou perdu dans le ciel, après de longues vacances. ( Oui, elle ne fout quand même jamais rien, je sais. )

Enfin, ai-je envie de dire. ( Juste pour se la jouer sévère là ..  )
Sinon, fiche validée et tout l'blabla hein. Magnifique façon d'écrire l'histoire, j'ai adoré~
Ca aurait valu la peine d'attendre !



Nox: AAAAAAH, voilà le plus salaud. Le plus con. Le plus * SBAFFF *
Puis, je ne te dirai même pas " bienvenue ", na.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Manson
Ange Déchu

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 17
Localisation: Toujours où il ne devrait pas.
Masculin URL
Âme(s): 0
Appétit: 0,00

MessagePosté le: Sam 10 Avr - 22:49 (2010)    Sujet du message: Know your enemy~ Répondre en citant

Etrangement... Miguel m'inspire tout sauf la sévérité 

Nox, JE SAIS QUE TU ES HEUREUX DE ME VOIR, JE LE SAIS. Aussi, je ne t'en tiendrai pas rigueur. Pour le "bienvenue", je veux dire.

Merci pour la validation Madame. Jjjjj'en ferai bon usage.
Revenir en haut
Nox
Démon

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 82
Localisation: Pas loin d'une certaine personne~
Masculin
Âme(s): 0
Appétit: 0,00

MessagePosté le: Mer 14 Avr - 11:39 (2010)    Sujet du message: Know your enemy~ Répondre en citant

Lux: Et ma main, elle t'inspire la sévérité ?

MOI ?! Heureux ?!  VTFF, salaud. ( C'est beau l'amour~ )
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:48 (2018)    Sujet du message: Know your enemy~

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Eet Feels Index du Forum -> Eet Feels -> L'Erèbe -> » Présentations Anges -> Présentations validées Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com